J.M.O. n°3 (écriture de Paul Bernier)

Le Journal de marche de la 1ère batterie du 2e Régiment d'Artillerie de Montagne (3e cahier, partant du 10 janvier 1916) a disparu le 9 novembre 1916 à Jardin-Fontaine (Verdun) au cours du bombardement.

Ce journal a été reconstitué à Vatiluk (Macédoine) en Mars 1917, à partir du 15 Février 1916.

La période qui s'étend entre le 10 Janvier et le 15 Février 1916 ne comporte pas d'événements notables pour la batterie, qui s'est bornée à exécuter un assez grand nombre de tirs de quelques obus dans les conditions habituelles : tirs de représailles à la demande de l'infanterie ou tirs sur des travailleurs aperçus au Reichacker.

Dans les derniers jours du mois, l'ennemi fait quelques simulacres d'attaque. La 1ère pièce va occuper pendant deux jours son ancien emplacement du ravin de Klitzerstein pour participer à la défense du Kiosque ; l'attaque ne se produit pas.

Mardi 15 Février

Situation de la batterie :

1ère section à Almatten. Objectif : Reichackerkopf.

2e section dans le bois d'Almatten. Objectifs : vallée de la Fecht et pentes de l'Iienkopf, entre Mühlbach et Breitenbach.

Artillerie de la 47e D.I. Secteur de Gaschney.

                         Effectif

   Officiers : 4        

Troupe :        Animaux :

15 au 29 Février

Tempêtes de neige et mauvais temps gênant l'artillerie. Période calme. Tirs de quelques obus sur les tranchées ennemies du Petit Reichacker.

Le 22 et les jours suivants on entend vers le Nord la canonnade de Verdun. Du 26 au 1er Mars, les batteries de 75 reçoivent l'ordre de tirer violemment toutes les nuits dans la vallée de la Fecht (allocation spéciale de 12000 obus).

1er Mars

Construction d'emplacements de batterie de 75 à Wida Sud.

4 Mars

Réglages de tirs d'artillerie de tranchée sur le Reichacker.

10 Mars

Tir sur la ferme de Bretzel (pentes Nord du Grand Reichacker).

12-13 Mars

Luttes d'engins de tranchées au Reichacker ; interventions fréquentes de la batterie.

14 Mars

Coup de main du 46e Bataillon de Chasseurs sur le saillant de Stosswihr.

15 au 20 Mars

Tirs sur les ouvrages du Petit Reichacker, tranchée neutre, postes d'écoute. Actions combinées avec les engins de tranchée du 24e Bataillon de Chasseurs.

1er Avril

Violents bombardements sur les tranchées ennemies du Reichacker par les canons de 58 appuyés par la batterie.

Construction de positions de pièces dans le bois de Klitzerstein en vue d'un tir de concentration sur le Bois Noir.

15 Avril

Installation de la 2e section à Wida aux emplacements laissés par la batterie Panon 6/1. L'observatoire, commun pour les 2 sections, est installé à Bellevue. Réglage de la 2e section sur les objectifs : cote 664 et piton 529.

Tirs sur le Kiosque et la languette.

26 et 27 Avril

Violents tirs de concentration ennemis sur nos positions du Reichacker. Ripostes.

28 Avril

La 2e section, relevée par la batterie Paoletti (1/2), reprend ses emplacements du bois d'Almatten.

1er Mai

Tirs fréquents et précis sur le poste d'écoute de la tranchée neutre au Reichacker.

10 Mai

Riposte de l'artillerie ennemie sur la batterie. Projets de tir de concentration sur le poste d'écoute suivi d'une reconnaissance d'infanterie.

Installation d'une pièce de 65 (1ère pièce) au Sillackerkopf, d'une pièce (4e) à Schallern et d'une pièce (3e) à Bellevue.

17 Mai

Exécution du tir (4 canons de 65 et 3 de 75).

Sortie d'une patrouille du 38e Chasseurs.

22 Mai

Reprise de la même opération non suivie d'une action d'infanterie. La 3e pièce conserve son emplacement de Bellevue, les autres reprennent leurs anciennes positions.

25 Mai

Tir d'une batterie ennemie de 105 sur Gaschney. 3 blessés parmi les servants de la 3e pièce.

31 Mai

Relève de la 47e D.I. L'artillerie de montagne reste en position.

1er Juin

5h du matin, ordre reçu par téléphone de se tenir prêt à embarquer le 2 à midi à Gérardmer.

2 Juin

Départ du bivouac de Redliwasen à 4h30.

Par suite du bombardement de la route entre l'Almatten et la Schlucht, la batterie fait un détour par le chemin des crêtes, passe le sommet des Vosges à 7h40 et arrive au Kertoff à 11h30. Le capitaine Thierry est appelé d'urgence au Q.G. de la Division. Embarquement à la gare de Gérardmer à 17h. Départ du train à 20h35.

3 Juin

Halte repas à Neufchâteau. Débarquement à 9h15 à Nançois-Ronville. Arrivée à Salmagne à 11h30 où la batterie cantonne avec les batteries 6/2 et 7/1, avec lesquelles elle doit former groupe.

4 Juin

Départ 4h. La batterie est obligée d'emprunter des sentiers, la route étant exclusivement réservée à la circulation intense des automobiles.

Arrivée à Chaumont s/Aire à 11h20. Bivouac.

5 Juin

Etape de Chaumont s/Aire à Nixéville. Bivouac.

12h30. Une auto vient prendre à Nixéville les lieutenants et chefs de pièce de la batterie et les conduit à Verdun auprès du Capitaine, arrivé le 4 Juin directement de Gérardmer (en auto).

Du 4 au 5 reconnaissance des capitaines des 3 batteries sur la côte de Froideterre et ravin de la Folie. Le groupe (capitaine Lalanne commandant la 6/2) est rattaché à l'A.D. 151.

L'ordre de mise en batterie pour la 1ère Batterie est ajourné au 6. La batterie fait étape de Nixéville au Bois-la-Ville ; la batterie de tir est amenée pendant la nuit à Belleville.

6 Juin

Reconnaissance d'une position de batterie à l'Ouest du fort de Belleville. Travaux d'aménagement. Mise en batterie à la nuit.

7 Juin

Réglage du tir sur la tranchée Rivolain, observatoire dans les tranchées de Thiaumont, au Nord de l'abri PC 119. Etablissement de tirs de barrage dans le ravin de la Dame.

8 Juin

Reconnaissance à la côte du Poivre. Attaques allemandes sur le bois Nawé et la ferme de Thiaumont. Bombardement violent.

9 au 11 Juin

Actions locales dans la région de Thiaumont. Barrages. Ravitaillement en munitions de 65 AM difficile à obtenir.

12 Juin

Violent bombardement de la croupe de Froideterre. Attaque ennemie dans le ravin de la Dame.

13 Juin

Réglage des batteries par observation à la côte du Poivre ; communications téléphoniques difficiles.

14 Juin

Installation d'un observatoire permanent spécial pour le groupe de 65 à la côte du Poivre, vers le poste P4. Etablissement d'une ligne téléphonique spéciale de Bras à Belleville par le canal de l'Est.

15 Juin

La batterie passe sous les ordres de la 21e D.I. puis de la 1

29e. Barrages fréquents la nuit dans le ravin de la Dame.

16 Juin

Barrages.

17 Juin

Contre-attaque française dans le ravin de la Dame.

18 au 20 Juin

Bombardements assez violents dans tout le secteur. Nombreuses demandes de barrages.

21 Juin

Bombardement intense de toute la ligne entre Froideterre et Souville. Obus de 420 sur les forts.

Préparation d'attaque allemande.

22 Juin

Continuation du bombardement toute la journée.

A partir de 21h arrosage intense d'obus asphyxiants sur tout le secteur et durant toute la nuit.

23 Juin

Violente attaque sur toute la ligne ; l'ennemi s'empare de Thiaumont et de Fleury.

Tir intense de l'artillerie ennemie sur la crête de Belleville. La batterie reçoit l'ordre d'exécuter des tirs dans le ravin Chambitoux.

Tirs sur infanterie ennemie aperçue sur la crête de Thiaumont-Douaumont. Nombreux tirs dans le ravin de la Dame et sur les ouvrages de la crête de Thiaumont. 1589 obus tirés. Un blessé, canonnier Timsit.

24 Juin

Réglage des tirs sur les ouvrages de la crête.

PC 119 est aux mains de l'ennemi. Continuation des combats vers Fleury qui reste aux Allemands.

Au ravitaillement 2 blessés, canonniers Traversier, Fontbonne.

25 Juin

A partir de 0h tir intense et général de toute l'artillerie française jusqu'au matin. Bombardement des ouvrages par l'Artillerie Lourde.

La batterie exécute des tirs efficaces sur des colonnes d'infanterie ennemie apparues sur la crête Thiaumont. PC 119 est toujours à l'ennemi. Bombardement du ravin des Vignes et des 4 Cheminées par l'artillerie ennemie.

1 blessé à la batterie, canonnier Gilly.

Situation générale inquiétante.

26 Juin

Calme relatif. Arrivée de nombreuses batteries d'Artillerie lourde. Quelques obus asphyxiants reçus.

Préparation d'artillerie pour contre-attaque.

27 Juin

Contre-attaque sur Thiaumont et Fleury sans résultats. Tirs sur infanterie ennemie dans la région de Morchée, la Dame et la Couleuvre, observés de P4.

28 Juin

Tirs vers Thiaumont et Fleury.

29 Juin

Tirs sur les ouvrages de la crête de Thiaumont et sur de l'infanterie ennemie aux alentours de Fleury.

30 Juin

10h. Attaque de Thiaumont. Contre-attaques ennemies ; l'ouvrage de Thiaumont change de mains probablement plusieurs fois dans la journée. De P4 on observe à 10h l'infanterie française se porter en avant jusqu'à l'ouvrage de Thiaumont. Vers 13h30 3 colonnes ennemies parties du ravin de Helly, du village et du fort de Douaumont convergent vers Thiaumont, malgré les tirs d'artillerie.

1er au 4 Juillet

Violentes actions aux alentours de l'ouvrage de Thiaumont et du PC 119. Renseignements contradictoires et erronés fournis par le commandement. Il semble que Thiaumont n'ait pas cessé d'être à l'ennemi durant cette période ; cela est certain pour PC 119.

Intervention fréquente de la batterie sur de l'infanterie ennemie entre PC 119, PC 118 et Thiaumont.

Le 4 Juillet tirs particulièrement fréquents jusqu'à l'abri n°1 (abri Wagner).

5 Juillet

Tirs dans la région de Fleury et vers Thiaumont.

1 blessé, maréchal des logis Reboul, 4e pièce.

6 Juillet

Reconnaissance d'objectifs dans le ravin de Fleury, sur la demande de l'infanterie aux 4 Cheminées.

Vers 15h ordre reçu d'envoyer une pièce de 65 pour tirer "à vue directe" de notre première ligne sur PC 119 qu'on doit attaquer.

Reconnaissance d'un emplacement à découvert à 150m de l'abri PC 119, à proximité du "Dépôt' près des 4 Cheminées. Arrivée de la pièce à 23h15 (2e pièce, lieutenant Bernier).

Installation. L'attaque doit avoir lieu à 3h15.

7 Juillet

L'intervention de la pièce, par suite de l'obscurité, de la proximité de l'objectif et de la configuration du terrain, est illusoire.

La pièce tire 25 obus et le personnel reçoit l'ordre de s'abriter. Ordre est donné de ramener la pièce à la batterie pendant la nuit du 7 au 8.

8 Juillet

Journée calme. 1 canon hors service (rupture d'organes : marteaux, amortisseurs, etc).

9 Juillet

Tirs vers Fleury.

10 Juillet

Bombardement par l'artillerie ennemie du fort de Souville et du ravin 302. Pendant la nuit arrosage d'obus asphyxiants.

2e canon hors service. 1 blessé : canonnier Nègre, 2e pièce.

11 Juillet

Attaque ennemie sur le ravin de la Poudrière (302). Tirs de la batterie dans Fleury, vers la gare et dans le ravin.

12 Juillet

Continuation de l'attaque ennemie sur le ravin de la Poudrière et le fort de Souville. De l'observatoire de la batterie à Belleville, on aperçoit 2 colonnes ennemies qui, après avoir fait un nombre important de prisonniers français près de la voie ferrée de Fleury, montent à l'assaut du fort de Souville où elles pénètrent à 8h15 ; une fusée verte allemande est tirée à 8h30 de l'intérieur du fort.

La batterie, aidée ensuite par la 27e batterie du 50e d'artillerie, tire sur les pentes nord de Souville et interdit l'arrivée de renforts. La batterie envoie même quelques obus dans l'intérieur même du fort de Souville, où l'on voit nettement à la lunette les deux infanteries combattre à la grenade. Les survivants de l'attaque allemande finissent par se rendre. Dans l'après-midi, nombreux fuyards allemands dans le ravin 302 vers Fleury sur lesquels la batterie exécute des tirs efficaces.

13 Juillet

Tirs sur quelques fantassins ennemis vers Fleury et vers la Poudrière.

14 Juillet

Préparation d'artillerie lourde sur le village de Fleury et Thiaumont.

15 Juillet

Attaque des 8e et 37e D.I. de Thiaumont à la Chapelle Saint Fiacre. L'infanterie ne peut progresser sur le croupe 320 devant Fleury et s'arrête en organisant une nouvelle ligne. Dans la soirée l'attaque de la 8e D.I. sur le PC 119 réussit malgré de violents barrages de l'artillerie allemande.

Eclatement de la 2e pièce : 1 tué (Clément), 3 blessés (Gandolfo, Montaignac, Chiavonini).

16 Juillet

Reprise de l'attaque vers Fleury et Thiaumont, sans résultats. Tous les canons disponibles du groupe de 65, c'est-à-dire 4, sont versés à la batterie, les 6/2 et 7/1 devant aller au repos.

17 Juillet

Ordre reçu du colonel Hébrard commandant AD 8 de porter une pièce en avant pour tirer sur "le Dépôt" (c'était une pièce mise le 15 en position par la batterie et passée à la 1ère). Reconnaissance d'une position dans la tranchée Lamirault sur la croupe 320.

18 Juillet

Transport de nuit du matériel (3e pièce, lieutenant Peyrard). 1 blessé par balle : Michallet.

Attaque sur le Dépôt : échoué. Combats à la grenade au sud de PC 119. La 3e pièce rentre dans la nuit à Belleville.

Attaque de la Poudrière après préparation d'artillerie ; réussie.

19 et 20 Juillet

Continuation des actions locales. La batterie, qui n'avait plus qu'un seul canon en état de tir, reçoit 4 canons réparés.

21 Juillet

Ordre est donné d'envoyer 2 pièces en avant, l'une à l'emplacement du 18 Juillet (4e pièce, sous-lieutenant Collard), tranchée Lamirault sur la croupe 320 Ouest de Fleury ; l'autre dans le Bois-Fleury au Nord de Saint Michel (1ère pièce, lieutenant Bernier). Départ des batteries 6/2, 7/1.

22 Juillet

Réglage des pièces avancées : 1ère pièce sur les tranchées du fond du ravin 302. 4e pièce sur la tranchée des 3 Arbres et le Dépôt.

23 Juillet

Préparation d'artillerie française sur le Dépôt, abri n°2 (PC 118) et tranchées des 3 Arbres.

24 Juillet

Attaque et prise de l'abri n°2, PC 118. La section de Belleville intervient efficacement sur des fuyards ennemis vers la crête de Thiaumont.

25-26 Juillet

Journées assez calmes. Pas d'action d'infanterie dans le secteur.

27 Juillet

Attaque du Dépôt sans succès. La 4e pièce est ramenée à la position de Belleville.

28 Juillet

Attaque du Dépôt infructueuse. Fort bombardement de Belleville. 1 blessé (canonnier Mouton).

29-30 Juillet

Bombardements réciproques d'artillerie lourde.

31 Juillet

Attaque du Dépôt et de la tranchée des 3 Arbres par le 96e d'infanterie qui ne peut progresser que très peu.

Bombardement et incendie de l'abri PC 119.

1er Août

Attaque ennemie dans la nuit sur le bois des 3 Cornes, tranchée de l'Helvéden et PC 119.

Contre-attaque réussie en partie. Bombardement violent sur Belleville.

2 Août

Attaque de la tranchée des 3 Arbres qui est prise et des positions allemandes du ravin 302. Succès partiel. Attaque à la côte du Poivre de la tranchée du bois franco-boche. Succès. La batterie participe à l'action dans le ravin de la Poudrière, où l'on voit des centaines de fantassins ennemis se rendre. Notre infanterie arrive devant Fleury.

3 Août

Attaque de la tranchée des 3 Arbres après une préparation précise d'artillerie lourde. La 1ère ligne est enlevée entre le Dépôt et le ravin des vignes par le bataillon du 96e d'infanterie qui continue ensuite sa progression sur les pentes nord-ouest du ravin de Fleury, dans la direction du village, en faisant tomber au fur et à mesure la position ennemie. Progression jusqu'à la crête. L'infanterie occupant les tranchées devant Fleury entre aussi en action et le village est occupé à la fin de la journée. Nombreux prisonniers.

Pendant la nuit une contre-attaque ennemie réussit à réoccuper la plus grande partie du village de Fleury.

4 Août

Tirs sur fantassins ennemis à la crête de Thiaumont-Douaumont. Fort bombardement pendant la nuit sur Belleville et Montgrignon.

5 Août

Pendant la nuit tir d'obus lacrymogènes en abondance sur Belleville par l'artillerie ennemie.

6 Août

La batterie est relevée par la 7/1 (capitaine Cottave) et envoyée au repos. Elle laisse son matériel à la 7e batterie.

7 Août

Rassemblement de la batterie au Bois-la-Ville.

Effectifs :

Pertes pendant la période du 6 Juin au 9 Août :

Tué : 1

Blessés évacués : 9

malades

8 Août

Etape du Bois-la-Ville à

9 Août

Etape de                    à

10 Août

Etape de                    à Moëslains (Haute Marne)

10 au 26 Août

La batterie est au repos au cantonnement de Moëslains

27 Août

6h, départ en camions automobiles de tout le personnel de la batterie de tir ; itinéraire par St Dizier, Bar le Duc, Nixéville. Arrivée à Bois-la-Ville à 12h. La 1ère Batterie doit relever sur ses positions la 7/1 qui est mise avec la 6/2 à la disposition du G.Q.G. Le capitaine Thierry est appelé provisoirement à l'Etat-Major de l'artillerie de la IIe Armée ; il passe le commandement de la batterie au lieutenant Bernier.

Le personnel de la batterie de tir relève sur la position de Belleville, déjà occupée pendant la période précédente, celui de la 7e du 1er, en gardant son matériel (3 pièces). La batterie est rattachée au groupement Fromentin de l'A.D. et a pour mission de surveiller la crête Thiaumont-Douaumont et de renforcer les barrages de 75 dans le fond du ravin de la Dame.

On apprend que la batterie a été citée à l'Ordre de l'Armée avec la citation suivante :

Ordre général n°348 du 18 Août 1916.

Le général commandant la IIe Armée cite à l'Ordre du jour de l'Armée :

La 1ère Batterie du 2e Régiment d'Artillerie de Montagne.

"Unité de tout premier ordre à laquelle son chef, le capitaine Thierry, a su communiquer son endurance, sa belle ardeur et son audace réfléchie. En première ligne depuis 18 mois dans des positions très exposées ; toujours aux aguets ou en action, poussant des pièces jusqu'aux tranchées les plus avancées, cette batterie n'a cessé de rendre des services signalés et s'est particulièrement fait remarquer dans les affaires de la seconde quinzaine de juillet 1916."

Signé : Nivelle

La colonne muletière de la batterie, sous les ordres de l'adjudant, se rend de Moëslains à Verdun en faisant étape le 27 à Moignéville, le 28 à Amblaincourt, le 29 au Bois-la-Ville où s'installe l'échelon.

28 Août

Petite attaque à la grenade au sud-est de Thiaumont ; la batterie participe à la préparation.

29-30-31 Août

Période assez calme. Bombardements ennemis sur Belleville.

1er-2 Septembre

Pas d'actions d'infanterie dans le secteur.

3 Septembre

Attaques sur le point 1599 et à l'est de Fleury. Tirs de la batterie sur fantassins ennemis vers l'abri Wagner et Douaumont. Barrages derrière la crête de Thiaumont. 1 pièce hors service (érosion importante dans l'âme). 850 obus tirés avec 2 pièces.

1 blessé, canonnier Lieutaud.

4-5 Septembre

Assez calme.

6 Septembre

Attaque sur 1599 : combats à la grenade, faible avance de notre infanterie. Violente action d'artillerie au sud-est de Fleury.

7-8 Septembre

Calme

9 Septembre

Reprise de l'attaque sur 1599 sans succès.

10 Septembre

Reconnaissance d'une position de batterie dans le ravin à l'orient du fort de Tavannes, 1 km des casernes Marceau.

11 Septembre

Commencement des travaux à la nouvelle position de batterie

12 Septembre

Continuation des attaques sur 1599 ; la batterie continue à intervenir de la position de Belleville.

13 Septembre

Continuation des travaux à la nouvelle position.

14 Septembre

Nouvelle attaque sur 1599 ; quelques prisonniers, très faible avance. Dans la nuit, la batterie quitte Belleville ; le matériel est transporté et installé à la nouvelle position de Marceau.

15 Septembre

Réglage de la batterie ; poste d'observation au fort de Souville (batterie Est). Réglages sur le fort de Vaux. Recherche d'observatoires à Tavannes, poste V18, Mars [?] la Tour.

16 Septembre

Tirs de harcèlement dans le fort de la Horgne et le ravin de Vaux.

17 Septembre

Observation des tirs de réglage à Souville et Tavannes.

18-19 Septembre

Tirs de harcèlement.

20 Septembre

Attaque de la tranchée Clausewitz.

21 au 27 Septembre

Continuation des tirs de harcèlement systématiques de jour et de nuit dans les ravins de Vaux, fort de la Horgne, etc. Consommation de 300 à 600 obus par 24h.

28 Septembre

Reconnaissance à la côte du Poivre pour rechercher une position pour une batterie de montagne tirant d'enfilade et de près sur les ravins de la Dame, Couleuvre et Helly.

29 Septembre

La batterie reçoit l'ordre de quitter la position Marceau et de travailler à la construction des positions de la côte du Poivre. Elle passe sous les ordres de l'A.D. 55.

30 Septembre

Détermination des nouveaux emplacements de batterie :

1ère section dans le ravin du Bois Carré

2e section dans la carrière des Mitrailleurs

1er Octobre

La batterie est retirée de la position de Marceau. Le personnel est divisé en équipes travaillant à la Côte du Poivre et venant se reposer au cantonnement provisoire établi à Jardin Fontaine.

2 au 10 Octobre

Continuation des travaux aux positions de batterie. Recherche et construction d'un observatoire à proximité de P4. Reconnaissance à Handromont.

11 Octobre

Transfert du matériel aux positions de la côte du Poivre. La batterie a l'ordre de ne pas se révéler avant le jour J-3 précédent l'attaque.

12 au 21 Octobre

Continuation des travaux ; construction d'abris à l'épreuve et de galeries. La batterie fournit des corvées de mulets pour transporter des bombes de l'artillerie de tranchée dans le ravin des Vignes.

1 blessé à la côte du Poivre : maréchal des logis Fornari.

22 Octobre

La batterie termine ses préparatifs et le transport de munitions (3600 coups près des pièces).

23 Octobre

Réglages sur le ravin de la Dame (tranchée Krupp) et sur les tranchées ennemies.

24 Octobre

Attaque. H = 11h30. Brouillard épais empêchant toute observation. Vers 14h30 on commence à apercevoir : un projecteur d'infanterie au nord de la Couleuvre puis de l'infanterie française sur la crête de Thiaumont. On voit enfin nettement notre infanterie atteindre le fort de Douaumont, le dépasser et s'installer sur les pentes. La batterie tire sur le ravin du Helly et de la Goulette. L'artillerie ennemie ne commence à tirer sur le terrain perdu que vers 16h ½ et sans intensité. L'infanterie française s'établit sur la croupe de la Couleuvre, village, pentes nord du fort de Douaumont.

25 Octobre

Au moment où la brume se dissipe, vers 8h, on aperçoit au sud du ravin de Helly l'infanterie ennemie en train d'organiser sa nouvelle 1ère ligne. La batterie tire un feu nourri sur cet objectif pris exactement d'enfilade et lui fait subir des pertes importantes ; les fuyards sont pourchassés sous le feu jusque dans les abris du ravin de Helly. Tirs fréquents dans le ravin du Helly et sur la tranchée Pilsen au cours de la journée.

26 Octobre

Tirs précis et efficaces sur la 1ère ligne ennemie : tranchées 1917 et Pilsen. Tout mouvement d'infanterie entre cette 1ère ligne et les abris du Helly est immédiatement enrayé par le feu de la batterie. Pendant un tir de 220 demandé sur les abris, la betterie intervient efficacement sur les fuyards ennemis.

27 Octobre

Tirs sur le Helly et sur les pentes nord du fort de Douaumont.

28 Octobre

Continuation des mêmes tirs.

29 Octobre au 7 Novembre

La batterie continue à intervenir toutes les fois que l'on aperçoit des mouvements dans les ouvrages ennemis. Les abris du ravin de Helly continuent à être fortement occupés : de la fumée sort en divers endroits à toute heure et la circulation dans les boyaux des isolés est fréquente.

8 Novembre

La batterie reçoit l'ordre de quitter la position pour être mise à la disposition du G.Q.G.

Enlèvement du matériel pendant la nuit.

9 Novembre

Rassemblement de la batterie à l'échelon au Bois la Ville. Au départ de Jardin Fontaine, le canonnier Cassin est tué par un obus.

Le capitaine Thierry reprend le commandement de la batterie.

10 Novembre

La batterie se rend à Dugny où elle embarque en chemin de fer à destination de Toulouse. Départ à 23h50.

11 et 12 Novembre

Voyage en chemin de fer par Sommeilles, Revigny, Brienne, Sens, Montargis, Chateauroux, Limoges, Cahors, Montauban.

13 Novembre

Arrivée à Toulouse à 23h. Par suite de l'absence d'ordres, la batterie reste sur le quai de la gare jusqu'à 6 heures.

On apprend que la batterie forme, avec les batteries 45/2 et 48/1, un groupe de montagne rattaché à l'artillerie de la 11e Division Coloniale.

Etape de Toulouse à La Salvetat où la batterie est cantonnée.

14 Novembre au 1er Décembre

La batterie reçoit l'ordre de se tenir prête à partir du 16 à 24h. 50 de l'effectif est en permission. Une nouvelle série de permissions, de 5 jours, est accordée à partir du… Le groupe se constitue en vue de son affectation à l'armée d'Orient. Perceptions de matériels divers, animaux, équipements etc. Demande d'échange des 4 canons de la batterie usés contre 4 canons neufs.

2 au 26 Décembre

Changement de cantonnement : le groupe se transporte à Portet (Haute Garonne).

Le capitaine Ploix commandant le groupe est évacué. Le capitaine Thierry prend le commandement provisoire.

27 Décembre au 1er Février 1917

Le groupe est enlevé par ordre du ministre à la 11e D.I.C. pour être affecté à la 30e D.I.

Le chef d'escadron Grépinet prend le commandement du groupe.

Exercices d'entrainement. Manœuvres aux environs de Portet.

La batterie touche son complément de personnel et reçoit 4 canons neufs.

2 Février

Le groupe s'embarque en chemin de fer en deux convois à destination de Toulon.

3 Février

Départ des 1ère et 45e batteries à 10h.

4 Février

Arrivée à Toulon. Débarquement au quai de l'Escaillon. La batterie se rend aux appontements de Milhau. Le personnel et les chevaux de la batterie sont embarqués à bord du Plata. Les mulets avec … hommes sous les ordres du sous-lieutenant Collard sont embarqués sur le Canada.

5 Février

Départ du Plata à 13h30 des appontements. Sortie de la rade vers 17h.

6 au 13 Février

Voyage par mer de Toulon à Salonique.

Escale le 8 à Bizerte, le 12 à Milo.

Arrivée à Salonique à 16h30.

14 Février

Débarquement du personnel. Le détachement du Canada, arrivé le 11, est rejoint au camp de Zeitenlick, près Harman-Keni.

Installation du bivouac.

15 au 20 Février

Le groupe se reforme et se complète.

21 Février

Départ de Zeitenlick. Etape à Samli (50 km environ).

22 Février

Etape de Samli à Topsin (10 km).

Etablissement du bivouac dans le ravin de Vatiluk.

22 Février au 9 avril [changement d'écriture]

Séjour à Topçin où la division est rassemblée.

Instructions et manœuvres diverses. Manœuvres avec l'infanterie (40e).

Les 58e, 61e régiment d'infanterie, puis le 2e groupe du 19e, quittent successivement Topçin.

Au début froid assez vif, surtout la nuit. Vent parfois insupportable. Dans les derniers jours la chaleur commence.     hommes sont évacués pour paludisme.

Le canonnier Montepagano est nommé brigadier à la batterie, en remplacement du brigadier Debrien, classé à l'Etat-Major de l'A.D? comme observateur.

10 Avril

Un détachement composé du 40e d'infanterie, du 4e groupe de 65, de deux ambulances, d'une compagnie du train quitte Topçin.

Départ 6h. Au pont du Vardar la marche est ralentie par l'infanterie. Elle poursuit jusqu'à la Fourche (embranchement des routes de Verria et de Monastir) où le détachement bivouaque (11 km).

Mercredi 11 Avril

Etape de la Fourche à Gèda (19km).

Comme la veille marche à travers les marais sur une route mal entretenue. Départ 5h, arrivée 9h ½. Bivouac près de la station.

Jeudi 12 Avril

Etape de Gèda à Livanovon (14 km).

Départ 5h, arrivée 8h ½. Pays plus boisé. Bivouac près de la voie ferrée.

Vendredi 13 Avril

Etape de Livanovon à Touzla (23 km).

Départ 5h. Arrivée 10h. Bivouac à l'ouest de la station.

Pays arrosé et boisé. Chemins mal entretenus ; de nombreuses voitures restent en panne et arrivent en retard.

Samedi 14 Avril

Etape de Touzla à Ekaterini (22 km).

Départ 5h. Arrivée 10h ½. Bivouac à 2 km de la ville.

La marche a été ralentie par les voitures, dont plusieurs sont restées en panne.

Le soir retraite aux flambeaux à Ekaterini.

Dimanche 15 Avril

Séjour à Ekaterini.

Lundi 16 Avril

Etape de Ekaterini à Touzla (22 km).

Départ 4h ½. Arrivée 10h. Bivouac au même endroit.

Le temps assez chaud depuis le départ a rafraîchi. Vent violent.

Mardi 17 Avril

Etape de Touzla à Livanovon (20 km).

Départ à 4h ½. Arrivée à 9h. La batterie a suivi au départ une piste qui a fait gagner 2 km. Bivouac près de la gare.

Mercredi 18 Avril

Etape de Livanovon à Gèda (15 km).

Départ à 5h. Arrivée à 8h ½. Bivouac au même endroit que la fois précédente.

Jeudi 19 Avril

Etapé de Gèda à Verria (27 km).

Départ à 4h. Arrivée à 11h. Marche ralentie par l'infanterie.

Bivouac au nord et à 2km de la ville.

Vendredi 20 Avril

Séjour à Verria.

Pluie dans la soirée.

Samedi 21 Avril

Etape de Verria à Agosthos (11 km).

Départ 7h, arrivée 10h. Bivouac à l'ouest et près de la gare de Niaoussa.

Dimanche 22 Avril

Etape d'Agosthos à Vertekop (24 km).

Départ à 5h. Arrivée à 11h. Marche ralentie par l'infanterie.

Nombreuses rivières.

Bivouac entre Vertekop et Vodena. Pluie pendant la nuit.

Pendant toute la marche des arabas supplémentaires ont été mises à la dispositin des batteries. Des bagages ont également été transportés par chemin de fer de Verria à Vertekop.

L'état sanitaire de la batterie est resté bon.

Lundi 23 Avril

Séjour à Vertekop.

Des batteries de montagne de nouvelle formation (72e, 73e, 75e du 1er) arrivent à Vertekop, venant de Salonique.

Mardi 24 Avril

Etape de Vertekop à Vladovo (19 km).

Départ à 5h ¼. Traversée de Vodena. Arrivée à 10h ½. Bivouac à 4 km à l'est de la gare de Vladovo, auprès d'un petit lac. La marche à travers un pays boisé et irrigué a été ralentie par les très nombreuses voitures circulant dans les deux sens sur la route.

 

Mercredi 25 Avril

Etape de Vladovo à Gacon (22 km).

Départ à 3h. Le groupe prend la tête de la colonne, devant l'infanterie. Arrivée à 8h. Bivouac au pied des montagnes, à 3 km à l'ouest d'Ostrovo, non loin du lac.

Jeudi 26 Avril

Séjour à Gacon.

Pluie.

Vendredi 27 Avril

Etape de Gacon à Banica (28 km).

Départ à 4h, le groupe en tête de la colonne. La pluie, puis la neige, tombent sans discontinuer. A 9h passage à Banica. Arrivée au bivouac, situé à 7 km de Banica, à l'ouest, dans un ravin. La marche, rapide au début dans la montée (cote 963), a été ralentie à la sortie de Banica par les voitures.

La batterie s'installe dans le ravin, à l'ouest de Zabrodni ; les tentes sont dressées sur le sol couvert de neige.

Les arabas prêtées par la compagnie du train n'arrivent que pendant la nuit et le lendemain matin.

Samedi 28 Avril

La neige fond. Pluie dans l'après-midi.

Dimanche 29 Avril

Le bivouac de la batterie est transporté à 200m au nord-est.

Lundi 30 Avril

Le groupe va s'installer à Petersko afin de faciliter le ravitaillement qui s'effectue de nuit à la gare de Sorovitchevo.

Départ 6h. Arrivée à 10h ½ (16 km) ; traversée de la montagne à partir de la station de Cerovo.

La batterie s'installe à la sortie sud du village, le long d'un ruisseau qui alimente 4 moulins, à 500m du lac. Les deux autres batteries s'installent respectivement à 1h au nord et à 1h au sud.

Plusieurs mulets déjà blessés sont indisponibles à la suite de cette marche. L'état sanitaire des hommes est bon.

1er Mai-5 Mai

Séjour à Petersko. Repos.

6 Mai

Départ de Petersko à 20h ¾ ; le groupe doit passer au point initial (près de la gare de Banitza) à 12h. Marche très rapide au début et très lente à la fin, à cause de la traversée d'une rivière par les troupes de toputes armes qui se portent en avant. Arrivée à 5h près de Kruzograd, où le groupe bivouaque.

7-25 Mai

Séjour à Kruzograd, au nord, à 500m du village.

Orages fréquents dans l'après-midi. Températures assez froides les derniers jours. Cas nombreux de coliques parmi les mulets (2 morts) dus sans doute à la nourriture, qui comprend une forte proportion de maïs et de pois chiches mal concassés.

Etat sanitaire des hommes bon. Quelques cas de paludisme. 6 hommes seulement ont été évacués depuis l'arrivée en orient.

Pendant cette période, inspection de la manœuvre par le colonel commandant l'A.D. Le 22 au soir, l'E.M. de l'A.D. 30 et les groupes montés bivouaqués dans le voisinage reçoivent l'ordre de partir immédiatement à Banitza. Le groupe de montagne doit suivre.

25 Mai

Départ du groupe à 19h. Etape de Krusograd à Banitza (16 km). Arrivée 22h ½. Le groupe bivouaque au sud du village, à l'est de la gare, non loin du chemin de fer.

26 Mai

Séjour à Banitza.

27 Mai

Départ à 2h ½ pour la gare d'Ekhsisu (11 km). Arrivée à 5h. Embarquement en chemin de fer. Départ à 7h ¼. Arrivée à Katerini à 19h. La batterie bivouaque à 200m à l'ouest de la gare.

28 Mai

Arrivée des autres batteries.

29 Mai

Le groupe va s'installer à l'ouest de la ville, à 5km environ de la gare, non loin de l'emplacement occupé au mois d'Avril.

29 Mai-6 Juin

Séjour à Katerini. Repos.

7 Juin

Deux batteries (1ère, 45e) du groupe quittent Katerini (de même les troupes de la 30e descendues sur ce point, sauf le 61e).

Embarquement à la gare ; départ à 11h ; séjour de 3h à la gare de Livanovon ; arrivée à 7h à la gare de… où la batterie débarque. Elle est immédiatement dirigée sur Salonique.

8 Juin

A partir de 0h embarquement sur le navire anglais Eloby, où prennent place ensuite la 45e batterie, la 4e batterie du 17e, un détachement du 157e d'infanterie.

Dans la soirée, l'Eloby quitte le port.

9 Juin

Arrivée à l'île de Skyros où l'Eloby passe la nuit.

10 Juin

Départ de Skyros. Arrivée en vue d'Athènes dans la soirée, de l'Isthme de Corinthe à 23h.

11 Juin

Débarquement. Opération ralentie par le défaut de moyens de transport. Dans la matinée et la soirée, reconnaissance d'un point d'observation, puis du pont du canal, par le commandant et les capitaines. A la nuit, la batterie (moins les 7e, 8e, 9e pièces) va occuper une position 1 km au nord d'Isthmia (extrémité est du canal).

12 Juin

Débarquement du reste de la batterie. Reconnaissance d'une nouvelle position à 500m au sud de Loutraki (Golfe de Corinthe).

A la nuit la batterie va occuper cette position.

13 Juin

Etablissement d'un poste d'observation à 1km au nord du pont du canal, sur un mamelon. La batterie est en surveillance sur l'extrémité ouest du canal.

13 Juin-10 Juillet

Séjour à Loutraki. Le bivouac est installé près de la position de batterie. Repos. Chaque jour baignade à la mer.

Climat sec, assez chaud. Vents du nord-ouest très violents (le 28 juin, trombe qui enlève quelques tentes dans le camp).

Quelques représentations théâtrales pour les hommes à Loutraki (où se trouvent aussi deux compagnies de Sénégalais). Accueil cordial de la population, dans l'ensemble.

Au début des déserteurs de l'armée régulière viennent se rendre ; la batterie recueille un jour 2 sous-officiers de cavalerie.

Le 9 Juillet, ordre de se tenir prêt à partir.

11 Juillet

A 5h la batterie quitte Loutraki et va camper à Kalamaki (9km, arrivée à 6h ¾) où se rassemblent également la 45e batterie et 3 compagnies de mitrailleuses du 157e, 1 ambulance, qui doivent se rendre à Athènes par voie de terre sous les ordres du commandant Grépinet.

12 Juillet

Etape de Kalamaki à St Théodore (12 km).

Départ à 4h. Arrivée à 6h ½. Bivouac près de la route à l'est du village.

13 Juillet

Etape de St Théodore à Mégare (25 km).

Départ à 2h. Arrivée à 7h. Bivouac sous les oliviers au nord de la ville.

14 Juillet

Séjour à Mégare.

15 Juillet

Etape de Mégare à Eleusis (22 km).

Départ à 2h. Arrivée à 7h. Bivouac sous les oliviers à la sortie est de la ville.

16 Juillet

Etape d'Eleusis à Athènes (poudrière) (17 km).

Départ à 2h. Arrivée à 6h.

La 45e batterie et l'E.M. bivouaquent près de la poudrière. A 12h la 1ère batterie va bivouaquer sous les oliviers à 1km ½ à l'est, près de la route.

17 Juillet

Repos. Reconnaissance d'un nouveau bivouac près de l'abattoir.

18 Juillet

Repos. Le groupe va occuper le nouveau bivouac. Départ 4h, arrivée 5h ½ (7 km). Les batteries de tir, avec la moitié de leur personnel, s'installent sur une colline face à Athènes, le reste du groupe à 1km de là sous les oliviers, près du chemin de fer du Pirée.

19-24 Juillet

Séjour à Athènes.

De nombreuses permissions sont accordées aux hommes pour Athènes, où la population reçoit les soldats français avec cordialité.

25 Juillet

A 13h départ de la batterie pour la ligne de Larissa. Un détachement (9e pièce) a pris place dans un train précédent avec la 45e batterie.

27 Juillet

Débarquement à la gare de Florina vers 14h. Les deux batteries vont bivouaquer près de Kouskovani (6km S.E. de Florina).

                         Effectif

   Officiers : 4         Sous-officiers : 14

Brigadiers, canonniers : 198       Animaux : 16+106

28-31 Juillet

Séjour à Kouskovani.

Le 31 Juillet départ pour Dragos (19 km) où le groupe s'installe dans la nuit.

1er Août

Reconnaissance des nouvelles positions au nord-ouest de Monastir par les officiers du groupe.

A 20h ½ départ pour Holeven (9 km) où le groupe bivouaque.

2 Août

Séjour à Holeven. La 45e batterie va prendre son nouvel emplacement.

3 Août

Relève de la 5e batterie du 1er de montagne. La position de batterie se trouve près de la crête Tisserand, à 2 km nord-ouest de Monastir. Sa zone d'action est constituée par les crêtes qui descendent vers Bretindol. Les officiers et une partie du personnel s'installent à Monastir. L'échelon se place derrière une crête, à 2 km au sud de Monastir. Le train régimentaire reste à Holeven (8 km de Monastir).

La relève s'effectue dans la nuit. Les isolés seuls peuvent circuler pendant le jour ; les routes en beaucoup d'endroits sont vues de l'ennemi.

3-6 Août

Séjour à Monastir.

La batterie règle ses tirs : barrage au nord de la route de Resna, tirs sur des minenwerfer repérés. Ils sont réglés d'un observatoire placé dans une maison à Brusnik, de l'autre côté de la vallée. Une centaine d'obus sont tirés.

Dans la nuit du 6 août, la batterie est relevée par la 46e du 2e de montagne ; elle va relever la 4e du 10e Groupe d'Albon.

Départ à 8h ; arrivée à 12h à la nouvelle position qui a déjà été reconnue par les officiers.

La batterie est installée sur la dorsale du signal bulgare (6 km sud-ouest de Monastir ; l'observatoire sur la crête de la Derviska (1 km à l'ouest), l'échelon sur la dorsale rouge (2 km à l'est).

7 Août

Relève de la batterie 4/10. Réglage d'un tir de barrage normal en avant des tranchées de Posen (5-10, 3600m). Dans la nuit, l'échelon s'installe à son tour. La batterie est rattachée au 1er groupe du 19e (commandant Clément).

8-9 Août

Travaux d'aménagement.

10 Août

Un tir de barrage est effectué à 9h et observé par le lieutenant Bernier du piton de Posen. Le tir ne donne pas satisfaction au colonel commandant le 40e. La pente très forte est insuffisamment battue.

11 Août

Tir de représailles (28 obus) devant le piton de Posen que l'ennemi bombarde.

12 Août

Entre 7 et 8h tir de barrage avec plaquettes observé de 1045 par le chef d'escadron Lacombe, adjoint au colonel commandant l'A.D. 30. Distance : 4850-5100. Dispersion très grande (66 obus).

13 Août

Tir de vérification. Quelques obus.

14 Août

Nouveau réglage (vers 8h) du tir de barrage avec obus explosifs à plaquettes, observé de la barricade (Posen) par le lieutenant Bernier, du latéral (1045, de l'autre côté de la vallée) par le lieutenant Collard (68 obus).

15 Août

Vérification du tir de barrage, qui doit être reporté légèrement à gauche (42 obus). Recrudescence de chaleur.

16 Août

Réglage d'un tir sur un nœud de boyaux vers la tranchée grise (11 obus). La batterie fournit des corvées au groupe de 75 pour le transport des obus (3 jours ¼ à la batterie). Les lieutenants prennent la garde à l'observatoire latéral avec les officiers du 75.

Plusiurs évacuations dues au paludisme ou à la dysenterie.

Le brigadier Audran a été nommé maréchal des logis et le canonnier Audebert brigadier (7 Août) ; le brigadier Caussemille est revenu à la batterie.

17 Août

Nouvelle vérification du barrage (46 obus).

Dans la soirée bombardement violent de Monastir ; grand incendie.

18 Août

L'ennemi tente un coup de main sur les tranchées de Posen vers 15h. Toutes les batteries ouvrent le feu. La 1ère tire 26 obus. Les fantassins ennemis refluent dans leurs tranchées en laissant des morts et des blessés sur le terrain. La 1ère batterie reçoit des félicitations.

19 Août

La température s'abaisse légèrement.

20 Août

Réglage d'un tir sur une batterie (148) placée sur la Cerna Stena et visible de l'observatoire latéral (33 obus). Le tir est réglé de 1045 par le lieutenant Bernier ; la batterie en angle mort.

21 Août

Réglage d'un tir sur un sentier, visible de 1045, qui traverse le ravin Magarevo (23 obus).

22 Août

Pas d'incidents.

23 Août

Tir sur des Bulgares aperçus dans le bois de Cobourg (13 obus).

24 Août

A 10h tir sur un petit poste bulgare dans le bois de Cobourg.

25 Août

Tir de quelques obus dans le bois de Cobourg et dans le bois de Nuremberg.

26 Août

Pas d'incidents.

27 Août

Tirs sur des Bulgares aperçus dans le bois de Cobourg (56 obus).

28 Août

Tirs de représailles à la demande de l'infanterie vers Posen (24 obus).

29 Août

Tirs sur des Bulgares aperçus dans le bois de Cobourg (54 obus).

30 Août

Tirs de représailles devant Posen (27 obus). Les tirs de représailles s'effectuent maintenant par rafales de 9 obus.

31 Août

Le maréchal des logis Audran, le brigadier Durante, 2 canonniers ont été versés à l'A.D. 156 et à l'A.D. 57.

L'adjudant Berne est nommé adjudant-chef en remplacement de l'adjudant-chef Hébrard, ancien adjudant de la batterie, mort du paludisme le 23 Août.

L'adjudant-chef Hébrard est cité à l'ordre de l'A.D. 30.

La 1ère batterie forme un groupement, sous les ordres du capitaine Thierry, avec une batterie hellénique (2e batterie du 1er groupe de montagne de la division de l'Archipel ; lieutenant Matridis commandant, canons de 70).

                         Effectif

   Officiers : 4         Sous-officiers : 15

Brigadiers, canonniers : 179       Animaux : 16+106

1er Septembre

Organisation d'un coup de main sur le saillant de Kiel au Sud de la route de Resna, près Brakindol.

Reconnaissance du lieutenant Bernier à Lakulmare où se trouve la 73e batterie du 1er de montagne.

2 Septembre

Préparation d'artillerie. La batterie exécute des tirs d'interdiction sur les minenwerfer des ravins de Trnova et sur la batterie 148 (137 obus tirés). Réaction violente de l'artillerie ennemie sur les batteries de 75.

3 Septembre

A 4h45 exécution de l'attaque par 2 compagnies du 58e.

Au cours de la journée la batterie déclenche le tir de la 73/1 et de la batterie hellénique sur la batterie ennemie 148 en tirant des obus fusants. Vers le soir, contre-attaque ennemie, tirs de barrage. Dans la nuit l'infanterie reprend ses positions de départ. Résultats : 1 officier et 15 hommes prisonniers. 583 obus tirés.

Vers 20h quelques obus de petit calibre tombent près de la batterie.

4 Septembre

Calme. 54 obus tirés sur R4 et bois de Cobourg.

5 Septembre

11 obus sur une tranchée de Cobourg.

6 Septembre

8 obus. Le maréchal des logis Niel revient à la batterie par permutation avec Viel.

7 Septembre

29 obus sur tranchée de Munich et R4, et représailles sur Nüremberg.

8 Septembre

15 obus dans le bois de Cobourg. 1 évacué, Révil-Signorat, dysenterie.

9 Septembre

24 obus sur R4 et Cobourg.

Nominations : les brigadiers Roux et Faizant sont promus maréchal des logis, les canonniers Revil-Signorat, Garson, Wacongne sont promus brigadiers.

10 Septembre

Tir sur abris du bois de Cobourg. Tirs de représailles.

Tir de harcèlement de 20 à 22h sur Cobourg. 30 obus.

11 Septembre

Tirs sur batterie 148 et son observatoire (au-dessus tranchée Munich). Tir sur emplacement de mitrailleuse repérée de la dorsale. Idem sur les pentes du Péristéri. Tir de harcèlement de 21 à 22h sur 148.

24h. Tir de représailles devant Posen. 92 obus.

12 Septembre

De 8h à 10h 1 pièce de 150 ennemie tire sur les bivouacs de l'infanterie grecque et de la batterie en haut du ravin de Brunswick.

Tirs sur ouvrages de Cobourg, puis de Dantzig. Tirs de représailles sur le bois de Nuremberg à la demande de l'infanterie. 60 obus.

13 Septembre

Tir de harcèlement de nuit sur batterie 148 (un message ennemi surpris à l'écoute téléphonique annonce un ravitaillement de cette batterie – 30 mulets). Tirs de représailles, 38 obus.

14 Septembre

Brouillard et pluie toute la journée.

15 Septembre

Calme.

16 Septembre

Tir de représailles, 12 obus.

17 Septembre

Tir de représailles, 8 obus.

18 Septembre

Tir sur mitrailleuses signalées par le régiment hellénique entre R4 et T10. 60 obus.

19 Septembre

Pas d'incidents.

20 Septembre

Tir sur mitrailleuses dans la région de Cobourg, 26 obus.

21 Septembre

Calme. Départ en permission régulière de détente d'un sous-officier, 1 brigadier, 3 hommes.

22 Septembre

Tir sur mitrailleuses dans la région de Cobourg, 43 obus.

23 Septembre

Pas d'incidents.

24 Septembre

Tir sur ouvrage de Cobourg, 13 obus.

25 Septembre

Rien à signaler.

26 Septembre

Réglage de tir sur minenwerfer du ravin de la Marcelle près Trnova, par l'observatoire V6. 40 obus.

27 Septembre

Tir de destruction par la batterie de 58 sur le clocher de Trnova. La batterie contrebat les minenwerfer des ravins Marion et Marinette.

28 Septembre

Tir sur un petit poste bulgare établi sous un rocher du bois Cobourg. Un obus explosif pénètre dans la cavité occupée par 3 ou 4 soldats ; un seul en sort, très probablement blessé. 32 obus.

29 Septembre

Tir combiné avec la batterie hellénique sur des postes bulgares des pentes sud-est du Péristéri. 54 obus.

30 Septembre

Tir sur une mitrailleuse dans la tranchée de Dantzig. 27 obus.

1er Octobre

Tirs de représailles à la demande de l'infanterie. Tir sur un abri du bois Cobourg. 42 obus.

2 Octobre

Tir de représailles 35 obus sur tranchées du bois de Nuremberg.

3 Octobre

Tir de représailles 6 obus sur tranchées du bois de Nuremberg.

4 Octobre

Tir de représailles 27 obus sur tranchées du bois de Nuremberg.

5 Octobre

Tir de représailles 57 obus sur tranchées du bois de Nuremberg.

6 Octobre

Tir sur des Bulgares dans le bois Cobourg et tir de représailles 32 obus.

7 Octobre

Rien à signaler.

8 Octobre

Tirs sur ouvrages de Cobourg et tirs de représailles, 42 obus.

9 Octobre

Tirs de représailles, 64 obus.

10 Octobre

Tirs de représailles et tirs sur minenwerfer des ravins de Magarevo (69 obus).

11 Octobre

Tirs de représailles, 30 obus.

12 Octobre

Tir simultané de la batterie et de la batterie hellénique du ravin Jean sur une mitrailleuse dans les rochers R11 (87 obus).

13 Octobre

Reprise du tir sur la mitrailleuse de R4, 81 obus.

La mitrailleuse ne s'est plus révélée.

14 Octobre

Tirs de représailles, 6 obus.

15 Octobre

Tirs de représailles, 20 obus.

16 Octobre

Tirs de représailles, 24 obus.

17 Octobre

La 1ère pièce se rend avant le jour dans la vallée du Dragor en avant de Nizopole et tire 92 obus sur la mitrailleuse R4, pendant que les autres pièces tirent égalment. 135 obus.

18 Octobre

Pluie. Préparation d'un coup de main sur la tranchée T10.

19 Octobre

Réglages de barrage derrière T10. Tirs de harcèlement sur minenwerfer des ravins de Magarevo, 150 obus.

Le sous-lieutenant Mathieu Sic est affecté à la batterie.

20 Octobre

Exécution de l'opération sur la tranchée T10. De 4h au lever du jour tirs de barrage et d'interdiction derrière T10. Pendant la matinée tirs sur T10 et sur des Bulgares aperçus fuyant sous le tir de 155C. De 18h à 23h tirs en arrière de T10 et sur tranchées de Leipzig pendant la sortie de la patrouille hellénique.

Le détachement de liaison composé d'un sous-officier, 3 éclaireurs, 1 interprète, éprouve des pertes élevées par un obus ennemi : maréchal des logis Cristini, canonnier Valette, tués, canonnier Ambroggi blessé.

Environ 400 obus tirés.

21 Octobre

A 5h et 17h tirs de 10 minutes pour toutes les batteries. 80 obus.

22 Octobre

Pluie et brouillard. R.A.S.

23 Octobre

Tirs de harcèlement pendant la nuit. 60 obus.

24 Octobre

Tirs de représailles et de harcèlement (70 obus).

Le lieutenant Bernier quitte la batterie pour prendre le commandement de la 8e du 19e.

25 et 26 Octobre

Tirs de harcèlement et de représailles (154 obus).

L'ordre est donné de cesser les tirs de harcèlement destinés à entretenir les destructions opérées les 19, 20 et 21 octobre.

Départ d'un convoi de permissionnaires.

27 Octobre

Tirs de représailles (8 obus).

28 Octobre

Tirs de réglage et de harcèlement (58 obus).

29 Octobre

Tirs de harcèlement et de représailles (28 obus).

30 Octobre

Tirs de représailles (16 obus).

Durant cette période, nombreuses journées de brouillard.

Quelques journées de pluie.

La batterie hellénique qui constituait avec la 1ère batterie le groupement 111 a quitté le secteur le 25 octobre.

La batterie 48/1 du 4e groupe vient s'installer à l'Osin Kamen, elle fait désormais partie du groupement 111.